Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En réponse à la dernière caricature de Mahomet apparue dans le journal satirique publié après les attentats, la République islamique d'Asie de l'Ouest a créé une compétition d'illustrations censées moquer la Shoah. Un prix déjà programmé en 2006.

Des caricatures pour répondre à la caricature. Le centre culturel Sarcheshmeh et la Maison de la caricature irannienne ont lancé samedi la seconde édition de leur concours international de dessins sur l'Holocauste, rapporte le Tehran Times, relayé par The Independant. Une manière de protester contre la parution de la caricature de Mahomet sur la Une du dernier numéro de Charlie Hebdo, une semaine après les attentats, a déclaré le secrétaire du concours Masud Shojaei-Tabatabaii, lors d'une conférence de presse.

Les dessinateurs, invités à railler l'Holocauste, peuvent envoyer leur proposition jusqu'au 1er avril. Les trois premiers gagnants se verront remettre d'importantes sommes d'argent: 12.000 dollars (10.060 euros) pour le premier, 8000 (7000 euros) pour le second et 5000 (4400) pour le troisième. Les travaux considérés comme les meilleurs seront exposés au Musée palestinien d'art contemporain de Téhéran et dans divers autres lieux de la capitale iranienne.

Contester le double langage de l'Occident sur la liberté d'expression

Une proposition pour le moins perturbante qui n'est cependant pas organisée pour la première fois. En 2006, un an après la parution de caricatures de Mahomet dans le journal danois Jyllands-Posten (également reprises par Charlie Hebdo) qui avait déclenché des émeutes dans de nombreux pays à forte majorité musulmane, l'Iran avait répondu aux dessins par la création de ce concours.

Le plus important quotidien du pays, Hamshahiri, avait indiqué chercher la caricature la «plus intelligente» pour faire la satire du génocide ayant entraîné la mort de près de six millions de Juifs, relatait alors le Guardian. Un concours fermement condamné par Israël et les organisations juives. Massoud Shojai Tabatabai, directeur de la Maison de la caricature iranne qui coordonnait le projet, avait déclaré que son but était de contester le double langage de l'Occident sur la liberté d'expression.

Après l'attentat du 7 janvier ayant entraîné la mort de 12 personnes au siège de Charlie Hebdo, le centre culturel Sarcheshmeh et la Maison de la caricature irannienne réitèrent donc ce concours polémique. L'Iran, qui a condamné l'acte sanglant mené par Chérif et Saïd Kouachi, a néanmoins déclaré que la caricature de Mahomet publié par le journal satirique une semaine après les événements était une «insulte» envers les musulmans et un «abus» de la liberté d'expression.

Tag(s) : #islam, #manipulation, #Géopolitique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :